“Ce que nous recherchons, c’est la liberté d’être nous-mêmes, d’exprimer ce que nous sommes. Mais en observant notre vie, nous voyons que la plupart du temps nous agissons simplement pour faire plaisir à autrui, pour être accepté par les autres, plutôt que de vivre notre vie pour nous faire plaisir à nous-mêmes. Voilà ce qui est arrivé à notre liberté.” – Miguel Ruiz

 

La plupart d’entre nous et du temps, nous vivons dans nos croyances qui nous empêchent d’être et de vivre librement.

Parce que tout est au commencement, il y a 4 ans, je décide d’initier une transformation afin « d’oser vivre une autre vie professionnelle ». La personne qui m’accompagne à l’époque me fait découvrir les Quatre Accords Toltèques, de Miguel Ruiz. Ce best-seller est devenu mon livre de chevet.

Dans son ouvrage, Miguel Ruiz nous invite, à travers 4 règles de vie, à reprendre le pouvoir sur ce que nous choisissons ou non de croire, à laisser entrer plus de joie et de sérénité dans notre quotidien, et à revisiter l’amour inconditionnel, en premier lieu de soi avant de celui des autres.

 

1er accord : Que votre parole soit impeccable

« La parole est votre outil le plus puissant en tant qu’être humain ; c’est un instrument magique. Mais comme une lame à double tranchant, votre parole peut créer les rêves les plus beaux ou tout détruire autour de vous. Selon la façon dont elle est utilisée, la parole peut vous libérer ou vous asservir plus que vous ne pouvez l’imaginer. » - Miguel Ruiz

Avoir une parole impeccable, c’est un bon usage de son énergie. Miguel Ruiz nous invite à utiliser notre parole à bon escient, à parler avec intégrité, à assumer la responsabilité de ses actes et s’accepter sans porter de jugement. Evitons d’utiliser la parole pour nous exprimer contre nous même ou pour médire autrui. 

Si je m’aime, vous m’aimerez. J’exprimerai cet amour dans mes interactions et ma parole sera impeccable car cette manière d’agir produira une réaction similaire.

 

2e accord : Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle

« On se donne une importance personnelle démesurée alors qu’en réalité, rien de ce que les autres font, ne nous concerne », nous dit Miguel Ruiz.

Ne rien prendre pour soi ! Nous ne sommes pas la cause des actes d’autrui. Ce que les autres disent et font n’est que projection de notre propre réalité. Lorsque nous sommes immunisés des actes d’autrui, nous ne sommes plus victime de souffrances inutiles.

Il ne s’agit pas de se moquer de tout ce qui se passe autour de nous, mais d’apprendre à prendre du recul plutôt que d’agir sur le coup de l’impulsion et nourrir des émotions négatives comme la colère, le ressentiment ou la peur.

 

3e accord : Ne faites pas de suppositions

Ayons le courage de poser des questions ou d’exprimer ce que l’on souhaite vraiment. Communiquons aussi clairement que possible avec les autres, afin d’éviter les malentendus, la tristesse…  Avec ce seul accord, Miguel Ruiz nous dit que nous pouvons complètement transformer notre vie !

On a tendance à faire des suppositions sur tout : sur ce que les autres font, pensent, disent. On part du principe que l’autre pense comme nous, appréhende les choses comme nous, partagent nos idées, nos perceptions, nos valeurs et, est parfaitement capable de comprendre et d’anticiper nos moindres désirs. Ce qui n’est pas dutout le cas puisque chacun voit le monde à travers son propre regard… Tout cela génère des attentes qui n’arrivent jamais, des malentendus, des conflits, on en fait une affaire personnelle et on cède aux reproches.

Pour éviter de supposer, le mieux est de clarifier au maximum, de poser des questions, d’écouter les réponses, de mettre les choses à plat, de récolter suffisamment d’informations pour combler les trous qui permettront de passer de la supposition à la certitude.

 

 4e accord : Faites toujours de votre mieux

Son « mieux » change à chaque instant ; il n’est pas le même selon son état du moment (bonne santé ou malade). Quelles que soient les circonstances, faire de son mieux évite de se juger, de se maltraiter et d’avoir des regrets.

Faire de son mieux, c’est assurer un bon niveau de satisfaction envers soi-même : "puisque j’ai donné ce que j’ai pu, je n’ai pas à m’en vouloir si j’échoue". 

C’est aussi s'autoriser le droit à l'erreur et accepter d’être vulnérable. C’est prendre du plaisir à faire les choses, et rester motivé, engagé et ainsi d’atteindre ses objectifs.

C’est ce dernier accord qui permet de transformer les trois autres en habitude puisqu’il nous indique comment les appliquer : en faisant toujours de son mieux !

 

Donner le meilleur de soi-même, c’est aussi prendre soin de son estime de soi.